Fiche de l'ouvrage

Dictionnaire des grandes oeuvres juridiques

Auteurs : 
N° d'édition : 
1
Marque : 
DALLOZ
Collection : 
Parution : 
Mai 2008
ISBN : 
978 2 247 09872 9
Prix ouvrage papier : 
58.8€ TTC
Sommaire

Entrées : 
Aristote, Aubry et Rau, Augustin, Bachofen,Beccaria, Bentham, Blackstone, Bobbio, Bodin, Bourdieu, Carbonnier, Carré de Malberg, Cicéron, Condorcet, Constant, Demolombe, De Lucca, Derrida, Descartes,  Domat, Duguit, Duns Scot,  Durkheim, Dworkin, Eisenmann, Ferri, Foucault, Freud, Gény, Gierke, Grotius, Gurvitch, Habermas, Hauriou, Hegel, Hobbes, Hume, Ihering, Jellinek, Kant, Kantorowitz, Kelsen,Leibniz, Locke, Loyseau,  Maine, Marcadet, Marx, Mauss, Stuart Mill, Minobe, Montesquieu, Occam, Perelman, Platon, Portalis, Pothier, Pound, Pufendorf, Rawls, Ricoeur, Rousseau, Saleilles, Romano, Savigny,  Schmitt, Sieyès, Spinoza, Suarez, Thomas d'Aquin, Ulpien, Villey, Weber, Wolff

Présentation

Dans nos sociétés complexes et pluralistes, les interrogations sur le droit sont de plus en plus nombreuses et il est difficile de comprendre les débats qu'elles suscitent — a fortiori d'y prendre part — sans être muni des repères intellectuels permettant de prendre la mesure de leurs enjeux théoriques. Le but de ce Dictionnaire est d'apporter de tels repères forgés par la pensée juridique, en présentant une analyse des grandes œuvres fondamentales qu'elle a produites. Mais ce Dictionnaire entend rendre compte des principaux « moments » de cette pensée juridique en adoptant la démarche la plus ouverte possible, selon les deux principes directeurs suivants. Veiller d'abord à présenter les œuvres majeures qui relèvent de traditions juridiques plurielles. Cela implique de renvoyer autant au monde antique et médiéval qu'au monde moderne ou à l'époque contemporaine (sans même exclure les auteurs vivants), mais aussi à la culture juridique de langue française autant qu'à celles de langue anglaise, allemande, italienne ou espagnole, à l'aire américaine autant qu'européenne ou non occidentale, en marquant un intérêt particulier aux grandes traditions juridiques juive, musulmane, chinoise et indienne. Ensuite, admettre qu'une œuvre ne doit pas nécessairement procéder de la plume du seul juriste — de l'École ou du Palais — pour être identifiable comme une « grande œuvre juridique ». Pour ce Dictionnaire, celle-ci est présente dès lors qu'elle féconde la pensée juridique, même si son auteur est philosophe, sociologue, anthropologue, historien ou linguiste. Et c'est avec le même souci d'ouverture qu'il a aussi été fait appel, pour la rédaction des entrées, aux contributions des plus éminents spécialistes de sciences sociales autant que des disciplines juridiques proprement dites. Conçu dans cet esprit, ce Dictionnaire a ainsi été élaboré, avec le conseil scientifique de Stéphanie Hennette-Vauchez, professeur à l'Université Paris XII-Val de Marne, et de Paolo Napoli, maître de conférences à l'École des hautes études en sciences sociales, dans le cadre de l'Unité mixte de recherche 7074 du CNRS « Centre de théorie et analyse du droit ». Il a été codirigé par Olivier Cayla, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales et directeur de l'UMR 7074 du CNRS « Centre de théorie et analyse du droit », et par Jean-Louis Halpérin, professeur à l'École normale supérieure (Ulm) dont il dirige le département des sciences sociales.
Contributeurs David Annoussamy Frédéric Audren Michel Bastit Jocelyn Benoist Jacques Caillosse Jean-Pierre Cavaillé Olivier Cayla Véronique Champeil-Desplats

© Dalloz 2017
Portail des éditions Dalloz  |  Qui sommes-nous ? Tous les sites  |  Contactez-nous  |  Dalloz recrute  |  Mentions légales  | 
Retrouvez-nous sur 
facebook
et
twitter